Visite à Aupaluk, un village au Nunavik

Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou, le 11 octobre 2022 –Sylvie Bérubé, députée d’Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou, est heureuse d’aller rendre visite dans le Nunavik, mercredi 12 octobre 2022. Un moment tant attendu depuis près de trois ans.

« C’est un réel plaisir de me rendre dans un village du Nunavik afin de faire quelques rencontres. Le directeur de l’école a organisé des rencontres et notre visite avec mon adjoint parlementaire. Je vais pouvoir constater la réalité de ce village, écouter leurs besoins et leurs attentes. », souligne Sylvie Bérubé, députée.

Il y a près de deux et demi, Mme Bérubé devait se déplacer au Nunavik. Malheureusement, la pandémie a frappé le Québec et les communautés. Ainsi les visites dans la région Eeyou-Istchee et Baie-James étaient impossibles afin de préserver les communautés d’une possible transmission.

Depuis plusieurs semaines que la planification est amorcée, l’organisation d’un voyage sur ce territoire est plus complexe considérant le déplacement en avion, l’hébergement et les repas. Le constat est que les réservations doivent se faire presque six à douze mois à l’avance.

« Je tiens à remercier la population d’Aupaluk pour leur accueil. J’ai hâte de rencontrer ces gens qui font partie de notre circonscription, a conclu Sylvie Bérubé, députée d’Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou. »

– 30 –

Source :
Lynda Perreault                                                  

Directrice de bureau                                           

Bureau de Sylvie Bérubé                                     

Députée Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou           

819 824-2942                                                                    

lynda.perreault.301@parl.gc.ca

L’importance de la semaine des personnes aînés

Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou, 28 septembre 2022 – L’entrée de la session parlementaire à Ottawa s’est amorcée le 20 septembre 2022, pour Sylvie Bérubé, députée d’Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou.


À proximité des gens
Néanmoins, Mme Bérubé souhaite maintenir un lien privilégié de proximité auprès des citoyennes et citoyens de la circonscription en multipliant sa présence au sein de la communauté. De ce fait, Mme Bérubé, se réjouit de participer à diverses activités lors de la semaine des personnes ainées qui se tiendra du 1er au 7 octobre 2022 à Val-d’Or.
« Ces activités qui favorisent le bien-être, la santé ainsi que les rencontres intergénérationnelles qui sont primordiaux afin de briser la solitude et l’isolement de nos ainées. J’invite la population à profiter de l’occasion pour s’y amuser en participant au programme de cette année », souligne Sylvie Bérubé.


Programmation de la semaine des ainées
https://semainedespersonnesainees.com/


Pression sur le gouvernement fédéral
D’ailleurs, elle mentionne l’importance d’aller à la rencontre de plusieurs citoyennes et citoyens lui permet d’obtenir les spécificités régionales des gens afin de bien les représenter lors de son mandat de porte-parole de Famille, Enfants et Développement social du Bloc Québécois à Ottawa.


« De plus, nous travaillons fort afin que le gouvernement libéral cesse immédiatement de diminuer le chèque du Supplément de revenu garanti des ainés les plus démunis qui ont bénéficié de la PCU ou de la PCRE l’an dernier. Nous tenons notre position au gouvernement afin qu’il hausse la Pension de la sécurité de la vieillesse pour préserver le pouvoir d’achat des ainés face à la hausse du coût de la vie », affirme Mme Bérubé.


-30-

Source: Mélanie Matte
Adjointe de circonscription
819-824-2942

Sylvie Bérubé dénonce l’abandon des travailleurs et travailleuses

Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou, 22 septembre 2022– La députée Sylvie Bérubé dénonce le gouvernement fédéral qui abandonne encore une fois des milliers de travailleurs en renonçant à une réforme de l’assurance-emploi. Le 25 septembre prochain, les mesures temporaires mises en place pendant la pandémie, allégeant les critères d’admissibilité et reflétant davantage la réalité des travailleurs et travailleuses, prendront fin, ce qui provoquera un retour à l’ancien régime.Sylvie Bérubé réclame une réforme globale et immédiate du programme, ainsi que la prolongation des mesures temporaires afin de les soutenir adéquatement.  

« Si des mesures temporaires avaient été mises en place, c’est parce que le programme est plein de trous et de lacunes. Un retour à l’ancien régime signifie que six personnes sur dix n’auront pas accès aux prestations. C’est un retour au trou noir pour les travailleurs et travailleuses saisonniers ainsi qu’à l’imposition de critères d’admissibilité qui les pénalisent trop et qui ne reflètent pas leur réalité. Le programme doit être revu en profondeur et une réforme s’impose maintenant. C’est scandaleux que la ministre ne l’ait pas fait. Personne ne devrait pâtir parce qu’elle n’a pas fait son travail », affirme la députée bloquiste.

« Ça fait depuis 2015 que le gouvernement promet une réforme de l’assurance-emploi. La ministre a tout simplement décidé d’abandonner son propre mandat et les travailleurs et travailleuses, au passage. C’est inacceptable ! Partout au Québec et dans les autres provinces, les groupes demandent que la ministre agisse afin de rassurer les travailleurs et les chômeurs. Il est inadmissible de les laisser face à une telle incertitude. Le gros minimum serait de prolonger les mesures d’allègements », conclut Sylvie Bérubé.

– 30 –

Source :
Lynda Perreault                                                   

Directrice de bureau                                           

Bureau de Sylvie Bérubé                                     

Députée Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou           

819 824-2942                                                                    

lynda.perreault.301@parl.gc.ca

Bilan « Emplois Été Canada » dans la circonscription

Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou, le 16 septembre 2022 – Une autre saison estivale qui prend fin pour les jeunes embauchés pour les différents emplois dans le cadre du programme fédéral « Emplois d’Été Canada » dans la circonscription d’Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou.

« Je trouve important de rappeler que plus de 480 emplois via le programme d’Emplois d’Été Canada a permis aux employeurs, de notre circonscription, d’être subventionnés pour un montant de 1 583 969 $. C’est un investissement majeur pour aider à combler les emplois et pallier, sporadiquement, à la pénurie de main-d’œuvre qui sévit depuis plusieurs années », précise Sylvie Bérubé, députée.

Plusieurs jeunes entre 15 et 30 ans ont pu acquérir une expérience qui les aidera dans leur future carrière. C’est des emplois de qualités et importants, pour nos jeunes et pour notre communauté, qui ont été offerts dans la circonscription d’Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou. Les employeurs apprécient ces subventions qui les aident financièrement et surtout les jeunes qui viennent travailler pour eux.

« Grâce au programme Emplois d’été Canada, des emplois ont été offerts à des jeunes de chez nous, ce qui leur a permis d’acquérir une expérience de travail précieuse et leur permettre de développer les compétences utiles pour réussir dans leur avenir. Selon moi, il s’agit d’un excellent investissement qui est aussi fort utile pour aider et soutenir nos employeurs », a mentionné Sylvie Bérubé, députée d’Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou.

– 30 –

Source :
Lynda Perreault                                                  

Directrice de bureau                                           

Bureau de Sylvie Bérubé                                     

Députée Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou           

819 824-2942                                                                    

lynda.perreault.301@parl.gc.ca

Le Bloc Québécois intensifie sa lutte pour les intérêts du Québec

Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou, 15 septembre 2022 – Réunis en caucus présessionnel à Oka sous le thème « Tous pour le Québec », le chef du Bloc Québécois, Yves‑François Blanchet, et la députée d’Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou, Sylvie Bérubé, ont réitéré que le Bloc portera encore plus haut et plus fort la voix de l’Assemblée nationale du Québec.

« Le Bloc Québécois va continuer à être la voix du Québec à la Chambre des communes et continuer à y porter les consensus de l’Assemblée nationale. Le Bloc Québécois va continuer aussi à être la force constructive qu’il a su être au fil des dernières années. Tous pour le Québec, nous nous mobiliserons pour porter et promouvoir les intérêts de la nation québécoise », affirme le chef du Bloc Québécois.

Le Bloc Québécois reviendra bien sûr à la charge sur le renforcement de la Loi 101 et sur la Loi 21 qu’Ottawa veut contester jusqu’en Cour suprême, ainsi que sur les transferts en santé dans un contexte de déséquilibre fiscal qui est nuisible à de nombreux enjeux. Le gouvernement Trudeau sera quant à lui invité par les troupes bloquistes à rendre des comptes sur les multiples ratés qui ont affecté la gestion des affaires de l’État au cours des dernières semaines et des derniers mois, en particulier à l’encontre des vacanciers et voyageurs.

« Nous allons aussi revenir sur des thèmes à caractère économique comme l’inflation qui menace de provoquer une récession et affaiblit le pouvoir d’achat des plus vulnérables : des mesures doivent être prises pour soutenir les Québécois et Québécoises. Nous allons revenir sur les aînés, pour lesquels il faut obtenir l’augmentation de la pension sans discrimination pour tous les retraités de 65 ans et plus », soutient Sylvie Bérubé.

« Il y a deux sujets évidents où s’affichent des différences marquées entre le Québec et le Canada : l’environnement, où nous favorisons la création de plus de richesse en recourant aux énergies propres alors que les partis fédéraux sont, tous et de façon plus ou moins avouée, pro-pétrole; et la monarchie. Le Bloc Québécois n’est ni pour l’un, ni pour l’autre. Outre accélérer la transition énergétique pour laquelle le Québec est un leader, il faut clairement et sans équivoque abolir la monarchie, comme le souhaite une très forte majorité de Québécois et Québécoises », mentionne Mme Bérubé, députée d’Abitib-Baie-James-Nunavik-Eeyou.

La question de la perte d’un siège pour l’Est-du-Québec à la Chambre des communes occupera aussi un espace important : « Le Bloc se fera le messager d’une très forte mobilisation régionale contre la disparition de la circonscription d’Avignon—La Mitis—Matane—Matapédia. La proposition de redécoupage de la carte électorale fédérale contribue à affaiblir l’Est-du-Québec, et ce faisant, toutes les régions du Québec, à un moment où des développements très récents permettent d’espérer un frein à son déclin démographique. Insuffisamment sensible à la réalité québécoise, le redécoupage doit aussi respecter les institutions municipales et régionales.

Nous poursuivrons aussi notre travail pour soutenir l’agriculture, le secteur de la pêche et le secteur de l’aérospatiale québécois afin d’apporter aux problématiques encourues, des solutions abordables et réalisables, en vue d’une véritable politique nationale », conclut Sylvie Bérubé.

– 30 –

Source :
Lynda Perreault                                                  

Directrice de bureau                                           

Bureau de Sylvie Bérubé                                     

Députée Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou           

819 824-2942                                                                    

lynda.perreault.301@parl.gc.ca

Bilan de la tournée estivale en Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou

Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou, le 13 septembre 2022 – C’est déjà la fin de l’été et de la tournée estivale dans la circonscription d’Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou.

« Que de plaisir ce fut de rencontrer les citoyens et citoyennes de la belle et grande circonscription ! Des rencontres remplies d’informations sur les réalités et les besoins de nos gens. C’est toujours, pour moi, énergisant et riche ces moments passés auprès de la population. Ainsi ça me permet de poursuivre le travail en circonscription et à Ottawa avec les préoccupations de ma circonscription », souligne Sylvie Bérubé, députée.

Depuis trois ans, Sylvie Bérubé va à la rencontre des citoyens et citoyennes, des propriétaires d’entreprises, des élus et élues ainsi que des personnes qui travaillent auprès des OBNL de la circonscription. Cette année, elle a opté pour une présence en trois semaines différentes dès le début juillet jusqu’au début septembre 2022. C’est plus de 24 rencontres planifiées avec des élus et élues ainsi que des organismes, en plus des présences à plusieurs événements de partout en circonscription, des galas, et des prises de parole comme le discours patriotique au feu de la fête nationale du Québec à Lebel-sur-Quévillon. Ça met fin à la tournée estivale 2022 bien remplie. La présence en circonscription de Mme Bérubé se poursuivra durant l’année pendant les temps réservés en circonscription selon l’horaire de la Chambre des communes.

« Je tiens à remercier la population d’Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou pour ces échanges enrichissants année après année. Vous êtes une source d’inspiration qui me motive encore plus à poursuivre votre représentativité à Ottawa, a conclu Sylvie Bérubé, députée d’Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou. »

– 30 –

Source :
Lynda Perreault                                                  

Directrice de bureau                                           

Bureau de Sylvie Bérubé                                     

Députée Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou           

819 824-2942                                                                    

lynda.perreault.301@parl.gc.ca

Un ultime signal d’alarme pour le gouvernement Trudeau

Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou, 18 août 2022 – Réagissant aux données de Statistique Canada confirmant le recul du poids du français au Québec au profit d’une anglicisation croissante, la députée d’Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou, Sylvie Bérubé, appelle le gouvernement Trudeau à « se saisir de l’urgence de la situation ».

« Tous les indicateurs le démontrent : le déclin du français se poursuit, tant au Québec qu’au Canada. Ceci doit être l’ultime signal d’alarme pour le gouvernement libéral, qui refuse toujours de se saisir de l’urgence de la situation. Si les libéraux sont sérieux lorsqu’ils se disent préoccupés par l’état de la langue française, c’est le moment d’agir en reculant sur leur intention de soustraire l’application de la loi 101 aux entreprises sous juridiction fédérale et en mettant un frein au financement de l’anglicisation croissante au Québec. « Qu’on mette les choses au clair : Québec est le seul maître d’oeuvre de sa politique linguistique,  le déclin est arrivé pour notre belle langue de Molière et nous avons sonné l’alarme maintes fois et maintenant, il faut que le gouvernement Trudeau agisse! », tranche Sylvie Bérubé, députée bloquiste.

La proportion de francophones est maintenant sous la barre des 80% comme principale langue parlée à la maison. Le français langue maternelle se rapproche des 75%. Il y a aussi un déclin quant à la simple connaissance du français ou à ladite première langue officielle parlée. En parallèle, l’anglais progresse, selon l’ensemble de ces indicateurs.  

« Les libéraux fédéraux vivent sur une autre planète : huit députés québécois du Parti libéral du Canada ont participé en mai à une manifestation contre la loi réformant la Charte de la langue française, tandis que le ministre de la Justice ouvre tout grand la porte à une contestation judiciaire de cette loi. C’est inacceptable! Ces données doivent servir d’ultime éveil à l’urgence de la situation », soutient Mme Bérubé.

Au cours des derniers mois, le Bloc Québécois a déposé un projet de loi sur la langue française exigeant notamment une connaissance suffisante du français comme condition à l’obtention de la citoyenneté canadienne pour les résidents permanents du Québec. Le gouvernement du Québec a aussi exprimé son souhait de rapatrier les pouvoirs en immigration, demande sur-le-champ rejetée par Justin Trudeau.

« Outre la connaissance minimale du français comme un critère à la citoyenneté québécoise, nous pensons qu’il est crucial pour le Québec de contrôler de A à Z son immigration. Jusqu’ici, tout ce que le gouvernement Trudeau aura prouvé, tant par ses nominations unilingues que ses sorties contre les tentatives de protection et de promotion de la langue française du gouvernement du Québec, c’est qu’il s’oppose aux efforts de sauvegarde de notre langue. Ça suffit! Ottawa doit cesser sa croisade contre la loi 96, obtempérer aux demandes de Québec et transférer les pouvoirs en immigration », conclut Sylvie Bérubé.

-30-

Source :

Mélanie Matte

Adjointe de circonscription

819-824-2942

Réaction à la suite de financement d’Ottawa pour les fouilles à Eeyou-Istchee

Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou, le 27 juillet 2022 – Pour donner suite à l’annonce, la semaine dernière, d’Ottawa de financer la recherche au sol du pensionnat à Fort George sur le territoire Eeyou-Istchee, la députée fédérale d’Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou, Sylvie Bérubé, a réagi.

« Depuis des lunes que les communautés vivent l’angoisse de savoir ce qui s’est passé pour leurs enfants disparus. La découverte des dépouilles, dans les pensionnats partout au Canada, ont surpris le monde entier et la révélation des actes inconcevables de la part du clergé et du gouvernement en place ont été de la stupéfaction par ses gestes odieux qu’on subit ces enfants par la souffrance à la mort dans les pires sévices. Aujourd’hui, ce geste du gouvernement n’est qu’un baume dans la perspective de la découverte d’enfants sur notre territoire Eeyou Istchee, » a mentionné Mme Bérubé.

Le mois dernier, la communauté de Chisasibi avait fait savoir publiquement qu’elle ferait la fouille de cinq sites d’anciens pensionnats sur leur territoire. Le financement qui vient d’être annoncé, par Ottawa, les aidera dans ces recherches. Un mémorial sera érigé en collaboration avec les survivants, leurs familles et leur communauté.

« Les chefs décideront du fonctionnement selon leurs valeurs et coutumes. Nous savons que le Pape François est arrivé au Canada, et arrivera sous peu au Québec. Est-ce que les excuses, présentées cette semaine, suffiront pour les gestes de ses pairs ? Cependant, les séquelles vont demeurer et les communautés touchées se souviendront. Courage, paix, sérénité et espoir pour l’avenir de nos enfants ! a conclu Sylvie Bérubé, députée d’Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou. »

– 30 –

Source :
Lynda Perreault                                                  

Directrice de bureau                                           

Bureau de Sylvie Bérubé                                     

Députée Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou           

819 824-2942                                                                    

lynda.perreault.301@parl.gc.ca

Le chantage financier d’Ottawa en santé est inadmissible

Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou, 12 juillet 2022 – Le Bloc Québécois appuie le Conseil de la fédération qui talonne le gouvernement fédéral afin qu’il s’attable aux négociations pour le rehaussement urgent des transferts en santé au Québec, aux provinces et aux territoires. Le financement des réseaux de soins est l’enjeu prioritaire du front commun des premiers ministres qui réclame une augmentation récurrente et sans condition de 28 G $ des transferts canadiens en santé. Qu’Ottawa cherche maintenant à se défiler de ses responsabilités en invoquant les dépenses encourues par la pandémie est totalement inadmissible, soutient Mme Sylvie Bérubé, députée Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou.


Réunis en conseil à Victoria durant deux jours, les premiers ministres ont rappelé à Ottawa que le gros de la pandémie est maintenant passé et qu’il doit comme convenu, ouvrir les négociations pour une hausse récurrente et sans condition des transferts en santé.


« L’insuffisance chronique du financement fédéral en santé impacte durement le réseau de soins du Québec et ses travailleurs, qui sont à bout. Préexistante à la crise de la Covid, la pression sur notre réseau de santé s’amplifie à mesure que se prolonge l’attente pour qu’Ottawa ajuste à la hausse sa contribution financière. Que le gouvernement Trudeau ose prétexter les dépenses encourues par la pandémie pour se défiler de sa responsabilité de payer sa part des transferts en santé au Québec et aux provinces, poussant l’offense jusqu’à s’ingérer dans nos juridictions, est d’un culot sans nom ! », souligne Mario Simard, porte-parole du Bloc Québécois en matière d’Affaires intergouvernementales.


« Le fédéral n’a aucune compétence en santé et n’a rien à dire dans la façon dont les experts en soins du Québec gèrent leurs priorités médicales et disposent des fonds fédéraux. Ottawa use d’une odieuse stratégie d’essoufflement financier pour contraindre les réseaux de santé et imposer les conditions d’un financement fédéral « à la carte ». Que ce gouvernement centralisateur veuille s’arroger tous les pouvoirs et faire du chantage financier sur le dos du Québec avec la part des taxes et impôts payés par nos contribuables est indécent ! L’argent des Québécois doit leur revenir, sans condition, afin qu’ils puissent compter sur les excellents soins de santé auxquels ils ont droit. Pas question que le gouvernement fédéral nous fasse chanter avec notre propre argent ! », avise Madame Bérubé.


« Le gouvernement ne bouge pas, et ce même si nous proposons sans cesse l’augmentation en santé. C’est nécessaire pour que le Québec ait des budgets raisonnables dans des situations inacceptables comme ce qui s’est passé en pandémie et dans les centres d’hébergement! », souligne Sylvie Bérubé.


Le gouvernement fédéral assume actuellement 22% des dépenses en santé alors que le Québec, les provinces, ainsi qu’un front commun de syndicats et de fédérations de la santé estiment que cette part devrait s’élever à au moins 35%. Le Bloc Québécois maintient qu’un Sommet public sur la santé réunissant l’ensemble des premiers ministres et acteurs concernés doit être tenu dès que possible.

-30-


Source
Mélanie Matte
Adjointe de circonscription
819-824-2942

Destination circonscription en période estivale

Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou, 11 juillet 2022 La députée d’Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou, Sylvie Bérubé, a amorcé sa tournée estivale dans la circonscription.

Elle était présente à la fin de session parlementaire. Sa présence fut marquée dès son arrivée dans la circonscription le 23 juin dernier, d’Ottawa à Chapais pour l’ouverture du Festival du doré de la Baie-James en fin de journée et de Chapais à Lebel-sur-Quévillon pour célébrer la Fête nationale du Québec avec le discours patriotique qu’elle a eu l’honneur de faire devant la population en fête. Le 24 juin, elle était présente à la Fête nationale du Québec de Val-d’Or.

Tournée estivale chargée

Sa tournée lui permettra de faire des rencontres avec les OBNL, les jeunes citoyens dans le cadre de son mandat de porte-parole de Famille, Enfants et Développement social, ainsi que des entreprises, des employeurs et des gens dans la circonscription lors d’activités estivales. En trois étapes, elle prendra la route pour Chapais, Chibougamau, Ville-Bois, Val-Paradis, Beaucanton, Matagami et la Vallée-de-l’Or. À l’automne, c’est plutôt à la Baie-James et le nord du Québec qu’elle fera sa visite.

À l’écoute des citoyens

« Je rencontre déjà les acteurs importants de notre circonscription qui me parlent de pénurie de main-d’œuvre de plus en plus marquante, ainsi que d’avantages d’enjeux qui préoccupent nos entreprises. J’observe les impacts sur le terrain et je pourrai les défendre auprès des ministères concernés à mon retour à Ottawa », souligne Madame Bérubé.

De plus, elle mentionne l’importance d’aller à la rencontre de plusieurs citoyens lors de sa tournée estivale puisqu’obtenir l’opinion des gens est primordial afin de bien les représenter lors de son mandat.

Le programme Emplois d’été a permis de créer plusieurs emplois dans la circonscription.

Elle soutient les organismes, les activités et les événements culturels dans les municipalités.

Défendre notre circonscription

« Dès la fin des travaux à Ottawa le 23 juin, j’ai amorcé les rencontres et je continuerai jusqu’en septembre avant la rentrée parlementaire. Avec cette tournée estivale, j’aurai le pouls et je pourrai poursuivre la défense des intérêts de ma circonscription auprès des ministères. Aller à la rencontre des entreprises, des OBNL, des gens, c’est d’être connectée à son monde et d’être présente dans la plus grande circonscription du Québec », exprime la députée, Sylvie Bérubé.

-30-

Source :
Mélanie Matte

Adjointe de circonscription

819-824-2942