Des prestataires pris en otage par la lenteur d’Emploi Canada

Abitibi-Témiscamingue et Nord-du-Québec, 20 janvier 2022 – Louise Chabot, porte-parole du Bloc Québécois en matière de Travail, Emploi, Développement de la main-d’œuvre et Inclusion des personnes en situation de handicap, Sylvie Bérubé, députée d’Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou et Sébastien Lemire, député d’Abitibi-Témiscamingue s’inquiètent des délais affectant les prestations d’assurance-emploi pour les citoyens visés par une alerte de fraude et exigent de revoir ce processus de vérification.

« Nous avons pris connaissance de nombreux cas où, à cause des délais de vérification, les gens sont forcés d’attendre plusieurs mois leurs prestations. Emploi Canada doit cesser de prendre en otage la santé financière de nos travailleurs, notamment ceux de l’industrie saisonnière, qui doivent pouvoir accéder rapidement aux prestations en hiver. Le trou noir de l’assurance-emploi est déjà assez stressant comme ça », a déclaré Louise Chabot.

« Nous demandons qu’Emploi Canada procède à ces vérifications simultanément à l’octroi des prestations d’assurance-emploi. Ainsi, la grande majorité des citoyens irréprochables d’Abitibi-Témiscamingue ne seront pas pénalisés inutilement. Une fois la vérification terminée, Emploi Canada pourra exiger aux prestataires fautifs de rendre des comptes. En attendant que le gouvernement procède à la nécessaire réforme globale de l’assurance-emploi que nous demandons depuis longtemps, c’est la chose à faire », a précisé Sébastien Lemire, député d’Abitibi-Témiscamingue.

« Il est inconcevable que nos gens doivent patienter plusieurs semaines avant de recevoir leurs prestations parce qu’ils sont injustement présumés fraudeurs. Emploi Canada doit faire preuve de compréhension et effectuer les changements nécessaires afin d’éliminer ces situations anxiogènes, quitte à engager davantage de ressources », a fait valoir Sylvie Bérubé, députée d’Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou.

« Les demandes d’aide ont explosé dans nos bureaux de circonscription. Les citoyens ne savent plus vers qui se tourner après avoir attendu des heures au téléphone pour finalement se faire dire que quelqu’un les rappellerait plus tard. En plus de prendre en otage les prestataires honnêtes, Emploi Canada leur demande, pour prioriser leur dossier, de prouver qu’ils ne sont plus en mesure de payer leurs factures. C’est inacceptable et insensible. La solution que nous proposons pourrait éviter bien des maux de tête et nous veillerons à ce que le gouvernement l’applique rapidement », ont conclu les députés bloquistes, Sylvie Bérubé et Sébastien Lemire.

-30-

Source :

Lynda Perreault                                                   Antoni Gilbert

Directrice de bureau                                             Adjoint aux communications

Bureau de Sylvie Bérubé,                                      Bureau de Sébastien Lemire,

Députée Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou             Député Abitibi-Témiscamingue

819 824-2942                                                                  819 360-0464

lynda.perreault.301@parl.gc.ca                               antoni.gilbert.346@parl.gc.ca

La relance du Québec passe par la relance de sa culture

Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou, 24 mars 2021 – À deux jours de la réouverture des salles de spectacle en zone rouge, Yves-François Blanchet, chef du Bloc Québécois, et Sylvie Bérubé, députée d’Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou, ont demandé au gouvernement Trudeau de soutenir les efforts du Québec pour relancer les arts de la scène de manière prévisible et sécuritaire pour les différents acteurs de l’industrie créative, tant sanitairement que financièrement.

« Les arts vivants sont en péril à cause de la pandémie. Alors que près d’un artisan de la scène sur deux songe à quitter son métier pour de bon, la perspective de pouvoir recommencer prudemment à travailler arrive à point. Le gouvernement fédéral doit participer à cette relance en soutenant les lieux de diffusion, en y facilitant l’accès sécuritaire pour le public et en tenant compte de la réalité distincte des créateurs et créatrices du Québec », a déclaré M. Blanchet.

Un rapport dévoilé la semaine dernière par la Fédération nationale des communications et de la culture révèle que le milieu des arts vivants traverse une période dangereusement sombre avec la pandémie. Un sondage effectué auprès de travailleurs de la scène démontre que 41 % des artisans songent à changer définitivement de métier, près de 64 % d’entre eux vivent un épisode de détresse et plus de 43 % ont au moins un symptôme de dépression majeure.

Alors que Québec autorise la réouverture des salles de spectacle même en zone rouge à partir du 26 mars, le Bloc Québécois fait six propositions d’urgence au gouvernement Trudeau :

  1. Créer un fonds de relance flexibleet exceptionnel pour les salles de spectacle, théâtres, festivals et musées afin de les aider à s’adapter à la pandémie et couvrir leurs différents besoins;
  2. Créer un programme temporaire d’appui à la création afin de soutenir les initiatives permettant aux artistes de relancer la conception, les répétitions et les prestations artistiques malgré le contexte actuel;
  3. Maintenir les subventions aux festivals et événements et compenser la perte de revenus autonomes (revenus de billetterie, commandites, etc.)
  4. Offrir un crédit d’impôt remboursable aux consommateurs de spectacle représentant 20 % des billets et frais d’entrée d’activités d’arts et culture jusqu’à un maximum de 200 dollars;
  5. De se joindre au gouvernement du Québec pour compenser financièrement les pertes à la billetterie imputables au respect des mesures de distanciation sociale;
  6. Reconduire les programmes d’aide fédérale pour les artistes devant s’adapter à de nouveaux moyens de diffusion durant la pandémie et rendre les critères plus accessibles.  

Ces mesures doivent s’ajouter au maintien des mesures d’aide actuellement en vigueur : « Les chiffres parlent d’eux-mêmes : il y a urgence d’agir pour qu’il puisse y avoir une après-pandémie pour les arts de la scène. Ottawa ne peut rester immobile devant l’exode potentiel vers d’autres horizons professionnels de nos artistes et artisans éprouvés par plus d’un an d’inactivité, d’incertitude face à l’avenir, d’ennuis financiers. Nous ne pouvons laisser les maîtres et maîtresses des plus belles formes d’expression de la voix de la nation québécoise se taire à jamais », a mentionné Sylvie Bérubé, députée d’Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou.

Mme Bérubé conclut en mentionnant que même dans notre circonscription ce domaine a été durement touché et il est important de prévoir une relance post-covid pour la continuation de notre culture québécoise. La culture et les arts sont en péril puisque la pandémie a stagné leur développement. C’est l’essence même de ce que nous sommes. Nous sommes là pour vous soutenir.

-30-

Source :


Lynda Perreault

Directrice de bureau

Députée fédérale Sylvie Bérubé

819 824-2942

lynda.perreault.301@parl.gc.ca

Le gouvernement libéral vote contre la connaissance suffisante du français pour obtenir la citoyenneté

Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou, le 24 février 2021 – À peine cinq jours après avoir déposé un énoncé d’intention prétendant soutenir le français au Québec, le gouvernement Trudeau a voté contre un projet de loi du Bloc Québécois visant à faire de la connaissance suffisante de la langue française une condition pour obtenir la citoyenneté au Québec.

« Justin Trudeau et Mélanie Joly ont un gros déficit de crédibilité lorsqu’ils disent vouloir agir pour contrer le déclin du français au Québec. Ils refusent d’agir aujourd’hui en s’opposant à ce que les nouveaux arrivants démontrent une connaissance suffisante de notre langue commune afin d’obtenir la citoyenneté chez nous. Ils refusent d’agir depuis des mois en ne soumettant pas à la loi 101 les entreprises de compétence fédérale, comme le demande unanimement le Québec. Les gestes des libéraux ne suivent pas leurs paroles et les Québécois s’en rendent compte », a déclaré Mario Beaulieu, porte‑parole du Bloc Québécois en matière de Langues officielles.

Pour assurer sa pérennité et celle de la culture québécoise, le français se doit d’être établi comme langue commune des citoyens et citoyennes du Québec. C’était l’objectif du projet de loi C‑223 de Sylvie Bérubé, députée d’Abitibi–Baie-James–Nunavik–Eeyou, qui a été battu en Chambre aujourd’hui par les libéraux, avec le soutien du NPD.

S’arrimant à la volonté du gouvernement du Québec de renforcer la protection et la promotion du français, C‑223 visait trois modifications à la Loi sur la citoyenneté, soit :

• Exiger qu’un résident permanent demeurant au Québec démontre sa connaissance du français et non de l’une des deux langues officielles, le français ou l’anglais, comme c’est le cas présentement;

• Faire passer l’âge maximal de 55 à 65 ans auquel un résident permanent qui demande la citoyenneté canadienne est tenu de démontrer une connaissance d’une des deux langues officielles;

• Assurer au Québec que le test de citoyenneté se déroule en français et non plus dans l’une ou l’autre des deux langues officielles.

« Ce qui vous enracine à un pays, c’est la langue. C’est par elle qu’on tisse des liens, qu’on découvre et qu’on s’approprie la culture, qu’on s’intègre au lieu et à la communauté. La connaissance suffisante du français, langue officielle du Québec, est donc déterminante dans l’accueil des nouveaux arrivants qui choisiront de s’établir chez nous. Elle est garante d’une intégration réussie, tout comme la connaissance de l’anglais peut l’être pour bon nombre de gens qui se poseront au Canada. La décision prise aujourd’hui par le gouvernement Trudeau nuira aux nouveaux arrivants », a conclu Sylvie Bérubé, députée d’Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou.

-30-

Source :
Julie Ouellet

Adjointe aux communications

Bureau de Sylvie Bérubé,

Députée Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou

418 748-2234

julie.ouellet.301@parl.gc.ca

Le Bloc Québécois à l’écoute du Québec

Abitibi-Témiscamingue et Nord-du-Québec, 12 février 2021 – Yves-François Blanchet,
chef du Bloc Québécois, Sylvie Bérubé, députée d’Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou et
Sébastien Lemire, député d’Abitibi-Témiscamingue ont entamé et poursuivent leurs
consultations au Québec en vue du très attendu premier budget du gouvernement Trudeau
en bientôt deux ans.


« Le prochain budget du gouvernement Trudeau et le premier de la nouvelle ministre des
Finances devra avoir une couleur de relance en plus de répondre aux enjeux spécifiques des
transferts en santé et de l’aide aux aînés. Le Bloc Québécois a publié l’automne dernier un
plan de relance à la fois économique et écologique après avoir recueilli des propositions à
travers tout le Québec. Les insuccès du gouvernement Trudeau dans l’approvisionnement en
vaccins entrainent toutefois la nécessité de soutenir plus intensément et durablement notre
personnel soignant, les aînés, nos entreprises et nos industries. Nous poursuivons donc notre
travail, inspirés par les idées les plus porteuses, afin que le budget fédéral du printemps ne
soit pas un rendez-vous manqué pour le Québec », a déclaré M. Blanchet.


Lors de ses consultations, le Bloc Québécois s’intéresse principalement à cinq thèmes, sans
pourtant exclure d’autres dossiers cruciaux :
• Renforcer le réseau de la santé, qui devra tenir le coup plus longtemps tant dans
les centres de soins que dans la campagne de vaccination, par le biais de transferts
en santé immédiats, permanents et sans condition;
• Soutenir durablement les aînés, les plus touchés par la pandémie en termes de
santé physique et mentale, de pouvoir d’achat et d’isolement, et les moins bien servis
par le fédéral;
• Soutenir nos industries en vue d’un prolongement de la pandémie, notamment les
plus durement frappées pour qui l’aide est insuffisante, voire inexistante
(aérospatiale, transport aérien, tourisme, hébergement, culture, pêcheries, industries
saisonnières, etc.) ;
• Prévoir une relance économique sécuritaire dans un contexte de pandémie
prolongée au Québec, mais moins chez nos partenaires commerciaux, et dans une
perspective de transition écologique et économique;
• S’assurer que les investissements fédéraux offrent un soutien adéquat aux
Québécoises et aux Québécois et ont un impact réel sur le maintien en emploi, la
qualité des services offerts et la survie des PME.


« Depuis le début de la pandémie, nous sommes en constant contact avec les différents
acteurs et paliers gouvernementaux au Québec. Nous avons intensifié ces rencontres en vue
du budget et nous constatons que les attentes sont élevées. Après deux ans sans cadre
financier, nous pourrons voir les intentions réelles du gouvernement Trudeau quant aux
priorités des Québécoises et des Québécois, à commencer par les plus urgentes : aider notre
réseau de la santé et sortir de la crise », ont conclu les députés Sylvie Bérubé et Sébastien
Lemire.
-30-

Source :
Julie Ouellet Marie-France Beaudry
Adjointe aux communications Conseillère aux communications
Bureau de Sylvie Bérubé, Bureau de Sébastien Lemire,
Députée Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou Député Abitibi-Témiscamingue
418 748-2234 819 763-1915
julie.ouellet.301@parl.gc.ca Marie-France.beaudry.302@parl.gc.ca

Trop peu, trop tard

Abitibi-Témiscamingue et Nord-du-Québec, 29 janvier 2021 – Les députés d’Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou et d’Abitibi-Témiscamingue, Sylvie Bérubé et Sébastien Lemire, ont pris connaissance de l’annonce de Justin Trudeau visant à restreindre les voyages non essentiels et resserrer le contrôle des quarantaines, mais estime que le premier ministre a trop tardé.

« L’annulation des vols vers les destinations soleil répond en partie à une demande expresse du Bloc Québécois. C’est également souhaitable que les voyageurs soient testés à leur arrivée au Canada et placés à leurs frais en garde surveillée tant qu’ils n’ont pas obtenu un résultat négatif. Néanmoins, alors que les autorités de santé publique ontariennes constatent que le variant britannique du virus deviendra vraisemblablement la souche la plus répandue d’ici un mois, Justin Trudeau a trop tardé. Beaucoup de détails demeurent également à confirmer, » constatent les députés bloquistes, Sylvie Bérubé et Sébastien Lemire.

Le Bloc Québécois accueille favorablement l’annulation jusqu’au 30 avril des vols vers les destinations vacances des Caraïbes et du Mexique, ce qui répond partiellement à sa demande d’annuler tout vol non essentiel. Le parti insiste toutefois pour que les voyageurs vers les destinations demeurant accessibles soient refoulés aux douanes s’ils ne sont pas en mesure de démontrer le caractère essentiel de leur déplacement. Des questions demeurent aussi en suspens quant au remboursement tant des clients des vols qui seront annulés que de ceux qui ont choisi par eux-mêmes de ne pas voyager sans attendre l’annonce de ce midi.

Le Bloc Québécois exigeait que les voyageurs soient testés à leur arrivée à l’aéroport, puis mis en quarantaine contrôlée à leurs frais en attendant un résultat négatif. Le Bloc n’a toujours pas obtenu de réponse à savoir si les personnes dont le test est positif et qui devront être isolées pour une quarantaine complète devront payer le reste de leur séjour supervisé également.

« C’est trop peu et trop tard pour Justin Trudeau, encore une fois. Il a trop tardé pour fermer les frontières en mars. Il a attendu au 29 janvier pour annuler les vols du temps des Fêtes. Il a attendu que le variant britannique du virus soit implanté au Canada avant de surveiller adéquatement les quarantaines. Il est toujours un coup en retard. Maintenant, les vaccins! Il n’a pas le droit à l’échec », ont conclu Sylvie et Bérubé, députée d’Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou et Sébastien Lemire, député d’Abitibi-Témiscamingue.

-30-

Source :
Julie Ouellet                                                        Marie-France Beaudry

Adjointe aux communications                                Conseillère aux communications

Bureau de Sylvie Bérubé,                                      Bureau de Sébastien Lemire,

Députée Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou         Député Abitibi-Témiscamingue

418 748-2234                                                              819 763-1915 

julie.ouellet.301@parl.gc.ca                                   Marie-France.beaudry.302@parl.gc.ca

Une lettre manuscrite pour nos aînées en établissement

Val-d’Or, 21 décembre 2020 – Cette année, plusieurs résidents et résidentes des différents établissements pour personnes aînées seront contraints à célébrer le temps des fêtes seules sans pouvoir recevoir de la visite.

Considérant la situation actuelle, Mme Sylvie Bérubé, députée bloquiste d’Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou, a tenu à leur offrir un petit moment de bonheur et un peu de réconfort en leur écrivant une lettre manuscrite. Elle l’a fait parvenir avec une petite pensée ainsi que ses vœux des fêtes auprès d’environ trente CHSLD, RPA et RI de la circonscription.

« En cette période de fin d’année, je tiens à dire que vous comptez beaucoup pour nous dans cette difficile crise que nous vivons tous. Votre vécu, votre sagesse et vos combats émérites sont la fondation de ce que nous sommes aujourd’hui. Vous méritez la paix et la tranquillité.  Joyeuses fêtes avec des étreintes virtuelles! » cite Mme Bérubé.

Un appel aux citoyens et citoyennes

Mme Bérubé en profite pour inviter la population, qui le peut à donner, aux différentes banques alimentaires de la circonscription. Les besoins sont plus grands cette année afin d’offrir aux familles une table plus garnie pour souligner le temps des fêtes qui est à nos portes. C’est une belle façon de partager la joie du temps des fêtes tous ensemble et de s’entraider.

« À l’aube de cette nouvelle année 2021, acceptez de tout cœur les vœux les plus chaleureux de mon équipe et de moi-même », mentionne Sylvie Bérubé, députée fédérale d’Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou.

-30-

Source :

Lynda Perreault
Directrice de bureau
Bureau de la députée Sylvie Bérubé
819 824-2942
lynda.perreault.301@parl.gc.ca  

Une vision d’avenir pour le transport aérien

Abitibi-Témiscamingue, Nord-du-Québec, 6 novembre 2020 – Alors qu’Ottawa n’a toujours pas présenté de plan de soutien pour le transport aérien, le Bloc Québécois, représenté par les députés régionaux Sylvie Bérubé et Sébastien Lemire, ont présenté les propositions tirées du plan de relance du parti afin de protéger ce secteur tout en favorisant l’essor de l’Abitibi-Témiscamingue et des régions du Québec. 

« Tout ce qu’Ottawa fait pour le transport aérien, c’est offrir de l’argent des contribuables à Air Canada sans la moindre condition : pas de remboursement des billets, pas de desserte régionale, pas de reddition de comptes. Il n’y a aucune vision globale. Pour le Bloc Québécois, l’avenir, c’est plutôt favoriser la compétition pour qu’émerge une solution québécoise au monopole d’Air Canada, et ce, afin de favoriser la desserte des régions du Québec à prix raisonnable et le développement de l’économie régionale. C’est aussi soutenir globalement et durablement le secteur de l’aérospatiale alors que le Québec en est le troisième pôle mondial », a fait valoir Yves-François Blanchet, chef du Bloc Québécois.

De l’aide pour servir les régions, pas Air Canada

Mme Bérubé et M. Lemire reprochent au fédéral de se comporter en valet d’Air Canada plutôt que de mettre de l’avant un plan de relance pour l’industrie du transport aérien. « En finançant directement Air Canada, mais pas nos entreprises aériennes régionales ni les aéroports, Ottawa favorise un monopole néfaste pour les régions. L’accès à un service aérien fiable et abordable a été mentionné lors du discours du trône, mais ça ne peut pas demeurer des paroles vides ». C’est nuisible pour le Québec et ces régions », ont-ils fait valoir. Le Bloc Québécois propose plutôt :

  • De protéger la qualité des services de nuit de NAV Canada dans les aéroports régionaux, comme celui de Rouyn-Noranda.
  • De soutenir les plans d’affaires des aéroports régionaux du Québec;
  • D’exiger d’Air Canada le remboursement des billets pour les vols annulés;
  • De mettre fin aux pratiques de dumping d’Air Canada empêchant toute compétition;
  • Un moratoire sur la vente d’Air Transat afin de protéger la concurrence;
  • De remettre la part relative de l’aide fédérale à Air Canada au Québec afin qu’elle soit réinvestie dans l’émergence d’une solution québécoise au monopole d’Air Canada;
  • De mettre en place une politique globale, durable et écologique de l’aérospatiale.

« Les solutions existent, mais le fédéral se traîne les pieds. Le Bloc Québécois fait des propositions concrètes pour l’avenir du transport aérien impliquant le développement de nos régions et la protection des fleurons de l’économie québécoise. Nous invitons le gouvernement Trudeau à s’en inspirer », ont conclu les deux députés.

Plan de relance du Bloc Québécois : https://www.blocquebecois.org/plan-de-relance/

-30-

Source :

Marie-France Beaudry Responsable des communications Bureau du député Sébastien Lemire 819 763-1915 marie-france.beaudry.302@parl.gc.caLynda Perreault Directrice de bureau Bureau de la députée Sylvie Bérubé 819 824-2942 lynda.perreault.301@parl.gc.ca    

Un an au service des Québécois

Val-d’Or, 21 octobre 2021 – Le chef du Bloc Québécois, Yves-François Blanchet ainsi que Sylvie Bérubé, députée d’Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou ont salué le bilan de l’équipe parlementaire à l’occasion du premier anniversaire de l’élection fédérale de 2019.

« Le Bloc Québécois a livré aux Québécoises et aux Québécois ce que nous avions promis: un engagement sans équivoque pour les intérêts du Québec. Cette confiance des Québécois dans une nouvelle génération du Bloc était inespérée, et je crois que nous avons été dignes de cette confiance. Revenus en force à la Chambre des communes pour représenter la nation québécoise, nous avons mis de l’avant sa différence, ses valeurs, sa langue et son économie. Nous avons fait la promotion de nos régions entreprenantes, innovantes et riches de nos ressources et de notre énergie propre. C’est ce que nous avons fait avec rigueur et cohérence et c’est ce que nous continuons de faire avec notre plan de relance et notre réponse aux défis posés par la pandémie », a déclaré Yves‑François Blanchet.

Relations de nation à nation avec les Autochtones

« Ottawa instrumentalise la pandémie pour s’immiscer dans les juridictions du Québec. Or, il ne s’acquitte pas de ses propres responsabilités, notamment envers les Autochtones. Le fédéral n’est pas suffisamment actif pour transformer les relations colonialistes qu’il entretient sous la Loi sur les Indiens. Cette loi est ce qu’il y a de plus systémique dans le racisme que subissent les Autochtones, et le gouvernement refuse de poser des gestes concrets et immédiats pour la remplacer par des ententes librement consenties avec les Premières nations. Puis, il se permet de faire la leçon alors que plusieurs réserves n’ont même pas d’eau potable ou de logement adéquat dans un pays riche comme le Canada qui accumule les rapports plutôt que les gestes. Ottawa doit concrétiser ses relations de nation à nations avec les peuples autochtones plutôt que d’en faire un prétexte à conflits avec le peuple québécois », a fait valoir, Sylvie Bérubé.

« Je viens de vivre une année exceptionnelle en étant députée de la belle circonscription d’Abitibi-Baie-James-Nunavik Eeyou. Le soir de mon élection, je disais que j’étais là pour vous et qu’au jour premier, je serais présente et disponible pour vous répondre et défendre nos acquis. Je réalise mes promesses et je suis toujours très fière de vous représenter! Je mesure à la fois l’honneur qui m’est fait, mais également son importance et la responsabilité qui m’incombe pour l’avenir de notre circonscription avec cette crise sanitaire. Vous pouvez compter sur mon entier engagement, avec toute mon équipe, pour vos dossiers afin de les défendre à Ottawa. » a conclu Sylvie Bérubé, députée d’Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou.

– 30 –

Source :
Lynda Perreault, directrice

Bureau de la députée Sylvie Bérubé

819 824-2942

lynda.perreault.301@parl.gc.c

Sylvie Bérubé testée négative à la COVID-19

Val-d’Or, 18 septembre 2020 – Sylvie Bérubé, députée d’Abitibi-Baie-Jmaes-Nunavik-Eeyou, a été testée négative à la COVID-19.

Présente au caucus du Bloc Québécois le 8 septembre, Sylvie Bérubé s’est placée en isolement préventif et a été testée dans les derniers jours. Bienqu’elle ait reçu un résultat négatif, Sylvie Bérubé, députée d’Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou, restera en isolement préventif jusqu’au 22 septembre conformément aux instructions de la Santé publique du Québec.

Sylvie Bérubé, députée du Bloc Québécois, rappelle l’importance des mesures de distanciation, du port du masque et du lavage des mains et invite les Québécoises et les Québécois à suivre les instructions du gouvernement du Québec s’ils présentent des symptômes ou s’ils ont été en contact étroit avec une personne affectée.

– 30 –

Source :
Lynda Perreault

Directrice de bureau

Bureau députée Sylvie Bérubé

819 824-2942/lynda.perreault.301@parl.gc.ca

Cell : 819 856-4579

Augmentation de 30 % des frais de NAV Canada : Le Bloc Québécois somme Garneau d’agir

Abitibi-Témiscamingue, Nord-du-Québec, 16 septembre 2020 — Sylvie Bérubé, députée d’Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou et Sébastien Lemire député d’Abitibi-Témiscamingue joignent leurs voix à celle du député de Pierre-Boucher—Les Patriotes—Verchères et porte-parole du Bloc Québécois en matière de transports, d’infrastructure et de collectivités, Xavier Barsalou-Duval et demandent au ministre des Transports, Marc Garneau, d’intervenir afin de minimiser les effets de la hausse prohibitive des frais de NAV Canada, l’organisme chargé de fournir les services de navigation aérienne.

Le Bloc Québécois rappelle que NAV Canada avait déjà tiré la sonnette d’alarme auprès du ministre des Transports, mais que celui-ci avait simplement répondu par une fin de non-recevoir. Résultat : les compagnies aériennes régionales devront payer une fortune en frais. Finalement, ce sont des millions de dollars supplémentaires qui seront assumés par les voyageurs.

De plus, « cette hausse de 30 % des frais de NAV Canada aura un impact majeur sur les vols aériens régionaux. Chaque jour où ils mettront un avion dans les airs, les petits transporteurs vont devoir assumer une grosse facture de plus, ce qui mènera inévitablement à une hausse du prix des billets. Le ministre Garneau aurait déjà dû voir le problème, mais il n’est pas encore trop tard pour agir », explique Sébastien Lemire. Par ailleurs, le député d’Abitibi-Témiscamingue insiste sur l’importance que NAV Canda maintienne à long terme ses services de nuit afin d’assurer la sécurité des usagers et le développement global de la région.

« Encore une fois, ce sont les régions éloignées qui paient le prix fort. Les communautés autochtones du nord et les citoyens et citoyennes d’Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou subissent les répercussions monétaires. Nous payons les erreurs décisionnelles du ministre Garneau. » Exprime Sylvie Bérubé, députée d’Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou.

– 30 –

Source et information:

Marie-France Beaudry                                                                                    Lynda Perreault

Bureau de Sébastien Lemire                                                                        Bureau de Sylvie Bérubé

Abitibi-Témiscamingue                                                                                 Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou

819 763-1915                                                                                                  819 824-2942

Marie-France.Beaudry.302@parl.gc.ca                                               Lynda.Perreault.301@parl.gc.ca