Des prestataires pris en otage par la lenteur d’Emploi Canada

Abitibi-Témiscamingue et Nord-du-Québec, 20 janvier 2022 – Louise Chabot, porte-parole du Bloc Québécois en matière de Travail, Emploi, Développement de la main-d’œuvre et Inclusion des personnes en situation de handicap, Sylvie Bérubé, députée d’Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou et Sébastien Lemire, député d’Abitibi-Témiscamingue s’inquiètent des délais affectant les prestations d’assurance-emploi pour les citoyens visés par une alerte de fraude et exigent de revoir ce processus de vérification.

« Nous avons pris connaissance de nombreux cas où, à cause des délais de vérification, les gens sont forcés d’attendre plusieurs mois leurs prestations. Emploi Canada doit cesser de prendre en otage la santé financière de nos travailleurs, notamment ceux de l’industrie saisonnière, qui doivent pouvoir accéder rapidement aux prestations en hiver. Le trou noir de l’assurance-emploi est déjà assez stressant comme ça », a déclaré Louise Chabot.

« Nous demandons qu’Emploi Canada procède à ces vérifications simultanément à l’octroi des prestations d’assurance-emploi. Ainsi, la grande majorité des citoyens irréprochables d’Abitibi-Témiscamingue ne seront pas pénalisés inutilement. Une fois la vérification terminée, Emploi Canada pourra exiger aux prestataires fautifs de rendre des comptes. En attendant que le gouvernement procède à la nécessaire réforme globale de l’assurance-emploi que nous demandons depuis longtemps, c’est la chose à faire », a précisé Sébastien Lemire, député d’Abitibi-Témiscamingue.

« Il est inconcevable que nos gens doivent patienter plusieurs semaines avant de recevoir leurs prestations parce qu’ils sont injustement présumés fraudeurs. Emploi Canada doit faire preuve de compréhension et effectuer les changements nécessaires afin d’éliminer ces situations anxiogènes, quitte à engager davantage de ressources », a fait valoir Sylvie Bérubé, députée d’Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou.

« Les demandes d’aide ont explosé dans nos bureaux de circonscription. Les citoyens ne savent plus vers qui se tourner après avoir attendu des heures au téléphone pour finalement se faire dire que quelqu’un les rappellerait plus tard. En plus de prendre en otage les prestataires honnêtes, Emploi Canada leur demande, pour prioriser leur dossier, de prouver qu’ils ne sont plus en mesure de payer leurs factures. C’est inacceptable et insensible. La solution que nous proposons pourrait éviter bien des maux de tête et nous veillerons à ce que le gouvernement l’applique rapidement », ont conclu les députés bloquistes, Sylvie Bérubé et Sébastien Lemire.

-30-

Source :

Lynda Perreault                                                   Antoni Gilbert

Directrice de bureau                                             Adjoint aux communications

Bureau de Sylvie Bérubé,                                      Bureau de Sébastien Lemire,

Députée Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou             Député Abitibi-Témiscamingue

819 824-2942                                                                  819 360-0464

lynda.perreault.301@parl.gc.ca                               antoni.gilbert.346@parl.gc.ca

Ouverture demande Emplois Été Canada 2022

Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou, 16 décembre 2021 Sylvie Bérubé, députée d’Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou, encourage les OBNL et les entreprises à déposer, dès maintenant, leur demande pour bénéficier de l’aide financière au programme Emploi Été Canada 2022.

« Je suis heureuse d’annoncer le début de la période de demande des employeurs pour 2022. Offrons un marché du travail plus résilient et inclusif. Nous devons donner à nos jeunes les compétences dont ils ont besoin pour réussir et les aider à surmonter les obstacles systémiques. J’invite tous les employeurs à recourir à ce programme » a mentionné Mme Bérubé.

Cette année, EEC 2022 vise à créer jusqu’à 100 000 emplois d’été à temps plein pour les jeunes. Ceci représente une augmentation de 40 % par rapport aux cibles d’avant la pandémie. Les organismes sans but lucratif, les employeurs du secteur public et ceux du secteur privé qui comptent au maximum 50 employés à temps plein ont jusqu’au 25 janvier 2022 pour présenter une demande de financement afin d’embaucher des jeunes l’été prochain.

« L’an passé c’est plus de 1,7 million de dollars qui ont été investis dans notre grande circonscription d’Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou pour ce programme. L’expérience de travail transmise, à nos générations, a une valeur inestimable » a conclu Sylvie Bérubé, députée d’Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou.

-30-

Source :

Lynda Perreault         

Directrice de bureau

Bureau de Sylvie Bérubé,

Députée Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou

819 824-2942

lynda.perreault.301@parl.gc.ca

Bilan d’une année annonciatrice de conflits

Abitibi-Témiscamingue et Nord-du-Québec, 15 décembre 2021 – Yves-François Blanchet, chef du Bloc Québécois, Sylvie Bérubé, députée d’Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou et Sébastien Lemire, député d’Abitibi-Témiscamingue ont dressé le bilan d’une courte session parlementaire qui annonce une année 2022 conflictuelle entre Ottawa et Québec.

« Après une trop courte session ponctuée d’un discours du Trône vide et d’une mise à jour économique sans vision, le Bloc Québécois constate qu’il y a davantage à dire sur les conflits qui attendent le Québec en 2022 que sur les travaux parlementaires qui s’achèvent déjà. D’une part, dans sa mise à jour économique, Ottawa déclenche un conflit avec Québec et les provinces sur le financement des soins de santé. Il s’engage carrément à ne pas augmenter les transferts en santé avant 2027. D’autre part, les attaques récentes contre la loi 21 en provenance de tous les partis à Ottawa, mais aussi de la diplomatie canadienne, annoncent une bataille imminente du Canada anglais contre la laïcité de l’État au Québec. Le Bloc Québécois reviendra aussi en force prendre le parti du Québec en soutien aux travailleurs et travailleuses ainsi qu’aux usagers du système de santé, de même qu’en défense des choix légitimes de l’Assemblée nationale », a déclaré M. Blanchet.

« Malgré la brièveté de la session automnale, le Bloc Québécois a su tirer son épingle du jeu.    Le Bloc Québécois a fait des bons coups pour des centaines de milliers de travailleurs aînés et de travailleurs autonomes de la culture en échange de notre appui au projet de loi C-2 sur la refonte du soutien fédéral lié à la pandémie. C’est le Bloc Québécois qui a attiré l’attention sur le génocide dont sont victimes les Ouïghours aux mains de la Chine et qui a été à l’avant-garde du mouvement mondial de remise en question des Jeux olympiques de Pékin. Nous avons également négocié avec tous les partis la création d’un comité sur la situation en Afghanistan, qui, grâce au Bloc, aura comme priorité de trouver des solutions pour le peuple afghan aux prises avec les Talibans plutôt que de lancer des blâmes. Encore une fois, nous avons agi avec une attitude ouverte de propositions pour faire progresser les dossiers dans le sens des Québécois », a expliqué Sylvie Bérubé, députée d’Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou.

« Nous pousserons le fédéral à agir aux frontières pour contrer le trafic d’armes illégales afin qu’elles cessent de circuler dans nos rues. J’étais aussi aux premières loges, à Washington, pour constater qu’Ottawa n’avait d’yeux que pour l’automobile de l’Ontario, comme toujours. Nous travaillerons à ce que le fédéral prenne au sérieux notre précieux bois-d’œuvre. De plus, j’ai eu une première rencontre productive avec François-Philippe Champagne, ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie. C’est un pas dans la bonne direction vers plus de connectivité en région, de construction de tours cellulaires et protection des données personnelles arrimée avec Québec. Des solutions existent et les parties prenantes gouvernementales doivent bouger! Nous nous en assurerons », a ajouté Sébastien Lemire, député d’Abitibi-Témiscamingue.

« Le Bloc Québécois a été fidèle à lui-même. Nous avons porté les priorités des aînés, nous avons défendu nos valeurs et notre langue et nous avons mis au sommet de notre action la lutte aux changements climatiques. Nous avons exigé des comptes au nom des secteurs économiques phares du Québec, notamment le bois d’œuvre. C’est avec cette même attitude constructive porteuse de résultats que nous continuerons de faire la promotion sans compromis des intérêts du Québec à Ottawa », ont conclu les deux députés bloquistes, Sylvie Bérubé et Sébastien Lemire.

-30-

Source :
Lynda Perreault                                                   Antoni Gilbert

Directrice de bureau                                             Adjoint aux communications

Bureau de Sylvie Bérubé                                      Bureau de Sébastien Lemire,

Députée Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou           Député Abitibi-Témiscamingue

819 824-2942                                                                819 360-0464

lynda.perreault.301@parl.gc.ca                               antoni.gilbert.346@parl.gc.ca

C-2 : Trois propositions pour mériter l’appui du Bloc

Abitibi-Témiscamingue et Nord-du-Québec, le 8 décembre 2021 – Yves-François Blanchet, chef du Bloc Québécois, et Sylvie Bérubé, députée d’Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou et Sébastien Lemire, député d’Abitibi-Témiscamingue, présentent trois propositions à la ministre des Finances, Chrystia Freeland, lesquelles assureraient l’appui du parti au projet de loi C‑2 prolongeant l’aide financière en temps de pandémie, en plus d’offrir un meilleur soutien aux travailleurs des arts et de la culture, à l’industrie manufacturière affectée par la pénurie de microprocesseurs et aux aînés moins nantis.

« Le Bloc Québécois est favorable au principe de C-2. Nous proposons néanmoins des améliorations, car des pans importants de notre économie et bon nombre de travailleurs sont laissés en plan, voire pris à partie, par Ottawa. Mme Freeland devrait d’abord s’engager formellement à soutenir financièrement les travailleurs autonomes des arts et de la culture, possiblement via la Fondation des artistes, auxquels le fédéral refuse tout soutien alors que Québec y contribue. Elle doit aussi s’engager à adapter par règlement les mesures contenues dans le projet de loi aux besoins de l’industrie manufacturière affectée par la pénurie de microprocesseurs », a déclaré M. Blanchet.

« La ministre doit s’assurer que les travailleurs aînés touchant du SRG ne sont plus pénalisés par son gouvernement pour avoir légitimement reçu de la PCU durant la pandémie », a exprimé Sylvie Bérubé, députée d’Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou.

Le Bloc Québécois suggère :

  1. « Un engagement immédiat à contribuer à la Fondation des artistes » afin de soutenir les travailleurs autonomes des arts et de la culture;
  2. Que la ministre confirme qu’elle compte utiliser le « pouvoir d’adapter les mesures d’aide qui se retrouvent dans C-2 (…) par voie réglementaire » afin de répondre aux besoins des autres industries actuellement écartées du soutien fédéral, par exemple l’aérospatiale, si la nécessité en est démontrée;
  3. Qu’Ottawa cesse d’affliger les travailleurs aînés prestataires du SRG en considérant « la PCU comme un revenu d’emploi pour le calcul du SRG », en permettant « le recalcul du SRG peu importe que la demande ait été faite via Services Canada ou via l’ARC », ainsi qu’en offrant la possibilité de s’acquitter d’une dette « sur trois ans plutôt qu’une année ».

« En accédant à ces trois propositions, Mme Freeland ferait du Bloc Québécois un partenaire fiable afin que C-2 soit adopté à temps, malgré la fin de session qui arrive à grands pas. Fidèle à son habitude, le Bloc Québécois poursuit son approche de propositions afin d’améliorer le soutien offert aux Québécois et aux Québécoises et à notre économie », a conclu Sébastien Lemire, député d’Abitibi-Témiscamingue.

-30-

Source :
Lynda Perreault                                                   Antoni Gilbert

Directrice de bureau                                             Adjoint aux communications

Bureau de Sylvie Bérubé                                      Bureau de Sébastien Lemire,

Députée Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou          Député Abitibi-Témiscamingue

819 824-2942                                                                819 360-0464

lynda.perreault.301@parl.gc.ca                               antoni.gilbert.346@parl.gc.ca

Le Bloc Québécois réclame justice pour les aînés

Abitibi-Témiscamingue et Nord-du-Québec, 1er décembre 2021 – À quelques semaines de Noël, le chef du Bloc Québécois, Yves‑François Blanchet, et la députée d’Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou, Sylvie Bérubé ainsi que le député d’Abitibi-Témiscamingue, Sébastien Lemire interpellent à nouveau le gouvernement Trudeau afin que les aînés les plus vulnérables ne voient pas leur supplément de revenu garanti amputé parce qu’ils ont bénéficié de la prestation canadienne d’urgence pendant la pandémie. Déjà lourdement affectés par la pandémie qui a fragilisé leurs conditions de vie et accentué leur isolement, les aînés sont aussi les grands oubliés du gouvernement Trudeau, constate Yves-François Blanchet.

« Je suis indigné du mépris démontré par le gouvernement fédéral envers nos aînés. Tandis que l’inflation s’emballe à un rythme inquiétant, le fédéral ne fait rien contre leur appauvrissement et l’étiolement de leurs conditions de vie. C’est une aberration: on est entre le manque de respect et le manque de compétence. Le gouvernement semble ignorer les réalités et la détresse des aînés. Il est en effet absurde que certains prestataires du Supplément de revenu garanti qui ont reçu des montants de PCU en toute légitimité voient leur chèque de SRG amputé de façon injustifiable », s’est indigné le chef du Bloc Québécois.

Depuis 2019, le Bloc Québécois défend sans relâche auprès du gouvernement Trudeau, la nécessité de rehausser de façon significative et pérenne la pension aux aînés pour toutes les personnes de 65 ans et plus. « En réservant la bonification de l’aide fédérale uniquement aux 75 ans et plus, le gouvernement fédéral a créé deux classes d’aînés. C’est inadmissible et injuste : tous les aînés qui ont atteint l’âge de la retraite doivent recevoir un traitement égal. Nous continuerons à porter ce dossier pour l’ensemble des aînés », a assuré Sylvie Bérubé, députée d’Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou.

Face à l’appauvrissement des aînés, le Bloc Québécois propose une solution simple et équitable: une hausse immédiate de la pension aux aînés de 110$ par mois pour toutes les personnes de 65 ans et plus, ajustée subséquemment au coût de la vie, ainsi que considérer les prestations de la PCU comme un revenu d’emploi afin de régler le problème des coupures du SRG.

« À l’approche du temps des fêtes, j’invite le gouvernement Trudeau à faire preuve de bienveillance et à sécuriser de façon pérenne, l’aide pour tous les aînés de 65 ans et plus. Nos parents et nos grands-parents ont dressé pour nous de nombreuses tablées; c’est un devoir qui nous incombe maintenant de leur assurer des conditions de vie dignes et équitables », a conclu Sébastien Lemire, député d’Abitibi-Témiscamingue.

-30-

Source :
Lynda Perreault                                                   Antoni Gilbert

Directrice de bureau                                             Adjoint aux communications

Bureau de Sylvie Bérubé                                      Bureau de Sébastien Lemire,

Députée Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou          Député Abitibi-Témiscamingue

819 824-2942                                                               819 360-0464

lynda.perreault.301@parl.gc.ca                               antoni.gilbert.346@parl.gc.ca

Vaccination des enfants de 5 à 11 ans

Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou, 26 novembre 2021 La députée d’Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou, Sylvie Bérubé, encourage les parents à s’informer sur la vaccination de la COVID-19 pour leurs enfants âgés de 5 à 11 ans.

« Considérant l’augmentation d’éclosion dans nos écoles régionales, dans un laps de temps, l’importance de la vaccination est propice. L’inquiétude est palpable pour plusieurs parents, cependant c’est la nécessité que ces enfants soient vaccinés pour éviter la transmission de la COVID-19 à des personnes plus âgées ou plus à risque. La cinquième vague est à nos portes et c’est notre devoir d’éradiquer ce fléau qui s’attaque à notre humanité. » a mentionné Mme Bérubé.

Avec l’approbation de Santé Canada vendredi dernier, du vaccin Comirnaty de Pfizer-BioNTech pour les 5 à 11 ans – le premier vaccin contre la COVID-19 homologué au pays pour ce groupe d’âge –, le Canada a reçu en fin de semaine son premier lot d’une commande de 2,9 millions de doses.

« Le gouvernement du Québec a émis tous les détails pour que nos enfants puissent être vaccinés dans un milieu agréable et amusant pour eux. Notre avenir est entre nos mains et il faut passer à l’action pour notre liberté en santé! Protégeons nos enfants! », conclut Sylvie Bérubé, députée d’Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou.

-30-

Source :

Lynda Perreault         

Directrice de bureau

Bureau de Sylvie Bérubé,

Députée Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou

819 824-2942

lynda.perreault.301@parl.gc.ca

Discours du Trône : tout ça pour ça ?

Abitibi-Témiscamingue et Nord-du-Québec, le 24 novembre 2021 – Yves-François Blanchet, chef du Bloc Québécois, Sébastien Lemire, député d’Abitibi-Témiscamingue, ainsi que Sylvie Bérubé, députée d’Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou, ont annoncé que le parti votera sans enthousiasme en faveur du discours du Trône, bien qu’ils regrettent l’absence de substance suggérant que les Québécois et les Canadiens ont élu un gouvernement usé dès sa toute première journée au Parlement.

« Le discours du Trône n’offre aucune raison de voter en faveur ni aucune raison de voter contre. Il contient des mots-clés, par exemple la santé, la lutte aux changements climatiques ou la relance économique, mais n’étaye aucun énoncé d’intention pouvant se déployer sur un mandat de quatre ans. C’est un énoncé très court qui ne justifie en rien que le gouvernement ait déclenché des élections « urgentes » et fermé le Parlement durant cinq mois. Néanmoins, on ne peut être contre la tarte aux pommes et le Bloc Québécois appuiera le discours du Trône, même s’il fait figure de travail de cégep écrit en une demi-journée », a déclaré M. Blanchet.

Sébastien Lemire constate toutefois à la lecture du discours du Trône que le parti doit absolument garder le cap et faire ses propres propositions pour le Québec. « Nous gardons le même esprit de collaboration vigilante. Nous appuierons à la pièce ce qui est bon pour le Québec. Nous travaillerons à améliorer ce qui peut l’être et nous nous opposerons à ce qui est nuisible pour la nation québécoise », a-t-il déclaré

Sylvie Bérubé rappelle que le Bloc Québécois continuera de faire des propositions qui sont structurantes pour le Québec, d’autant plus qu’elle constate à la lecture du discours du Trône que le gouvernement Trudeau cherche l’inspiration. « Nous nous battrons pour le financement adéquat des soins de santé, freiner les changements climatiques, la qualité de vie de tous les aînés, la promotion de la langue française, le poids politique du Québec à Ottawa et le contrôle des armes à feu », a conclu Sylvie Bérubé.

– 30 –

Source :

Lynda Perreault                                                   Antoni Gilbert

Directrice de bureau                                             Adjoint aux communications

Bureau de Sylvie Bérubé                                      Bureau de Sébastien Lemire,

Députée Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou          Député Abitibi-Témiscamingue

819 824-2942                                                               819 360-0464

lynda.perreault.301@parl.gc.ca                               antoni.gilbert.346@parl.gc.ca

20 novembre Journée nationale de l’enfant

Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou, 17 novembre 2021 – Sylvie Bérubé, députée d’Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou, tient à souligner l’importance de la Journée nationale de l’enfant le 20 novembre prochain.

« Nous célébrons la journée nationale des enfants pourtant la pauvreté est encore un fléau. Le gouvernement ne bouge pas pour éliminer la pauvreté chez les familles. Un enfant sur cinq vive cette situation, et elle est davantage marquée dans les communautés autochtones, dont quatre enfants sur dix vivent dans une famille à faible revenu. Nos enfants doivent être protégés », a mentionné Mme Bérubé.

« Je salue l’initiative de la ville d’Amos et j’invite les autres municipalités de la région à emboîter le pas afin de signer une charte municipale de protection de l’enfant en 2022. C’est un engagement à protéger nos enfants. S’assurer d’offrir un milieu de vie sécuritaire, de poser des gestes de sensibilisation, de soutien, et reconnaître aux enfants le droit d’être entendus. Une innovation d’envergure de la part des gens d’actions de chez nous afin de poser des gestes concrets et s’engager envers notre relève de demain » a souligné Sylvie Bérubé, députée d’Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou.

De plus, il faut assurer des services de garde à un coût accessible pour toutes les familles ainsi qu’offrir un accès élargi à l’assurance-emploi afin de permettre aux six familles sur dix qui cotisent d’en bénéficier, car présentement ils n’y ont pas droit. Travailler en concertation pour favoriser la cause des enfants et des familles pour un meilleur avenir envers eux. Le gouvernement doit agir après ces nombreuses années inertes dans ces dossiers.

Je m’assurai qu’il y ait de l’avancement et des résultats en tant que porte-parole au dossier Famille, Enfants et Développement social », a conclu Mme Sylvie Bérubé, députée d’Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou.

-30-

Source :

Lynda Perreault         

Directrice de bureau

Bureau de Sylvie Bérubé,

Députée Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou

819 824-2942

lynda.perreault.301@parl.gc.ca

Rentrée parlementaire : priorités au financement des soins de santé

Abitibi-Témiscamingue et Nord-du-Québec, le 10 novembre 2021 – À leur entrée au caucus présessionnel du Bloc Québécois, Yves‑François Blanchet, chef du parti, Sébastien Lemire, député d’Abitibi-Témiscamingue, et Sylvie Bérubé, députée d’Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou, ont détaillé les cinq priorités à court terme de l’aile parlementaire du parti en vue de la reprise fort attendue des travaux: le financement des soins de santé, mais aussi la lutte aux changements climatiques, le poids politique du Québec à Ottawa, la langue française et l’abolition des deux classes d’aînés créées par une hausse inique de la pension de vieillesse. 

« Plus de cinquante jours après l’élection, le Bloc Québécois réitère qu’il faut urgemment reprendre les travaux dans des dossiers qui ne peuvent être ignorés plus longtemps. J’insiste à nouveau sur l’importance que Justin Trudeau convoque un sommet sur le financement des soins de santé dans les plus brefs délais. Ce sommet doit réunir au minimum tous les premiers ministres, les ministres de la Santé et les chefs des partis d’opposition à Ottawa afin de régler durablement les conséquences du désinvestissement fédéral en santé que la pandémie a tragiquement exposées. Le Bloc Québécois y défendra la demande unanime du Québec et des provinces d’une hausse sans condition des transferts en santé jusqu’à l’atteinte de 35 % des coûts des soins, ainsi que d’une indexation subséquente de 6 % », a débuté M. Blanchet.

« Alors que le monde entier est réuni en Écosse pour la COP 26, le Bloc Québécois agira pour faire progresser la lutte aux changements climatiques. Nos porte-paroles, mais aussi tous nos élus, s’investiront à enfin convaincre le fédéral qu’aucune solution n’est possible sans plafonner puis réduire la production de pétrole au Canada », a poursuivi Sébastien Lemire.

« Le Bloc Québécois défendra sans relâche et sans compromis le poids politique de la nation québécoise au Parlement canadien, où le Québec devra obtenir davantage de sièges plutôt que moins, comme il est actuellement proposé. Ce constat par la Chambre des communes que les Québécois et les Québécoises forment une nation exige que ceux-ci soient traités avec les égards qui conviennent à ce statut », a fait valoir Sylvie Bérubé.

« Sans surprise, nous allons promouvoir, protéger et faire respecter la seule langue officielle et commune de la nation québécoise, le français. Alors que le PDG d’Air Canada a choisi de s’ériger en lourd symbole de l’ampleur du travail à accomplir et de l’urgence d’agir, le Bloc Québécois poursuivra son action pour que notre langue nationale soit incontournable et pérenne partout sur le territoire québécois », a annoncé le député d’Abitibi-Témiscamingue.

« Finalement, nous reviendrons à la charge contre la création de deux classes d’aînés alors qu’Ottawa discrimine les 65 à 74 ans dans l’octroi d’une hausse de la pension de vieillesse que tous les aînés méritent. C’est un combat initié au départ par le Bloc Québécois que nous n’abandonnerons pas », a conclu Sylvie Bérubé, députée d’Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou.

Les travaux de la Chambre des communes reprendront le 22 novembre prochain.

– 30 –

Source :

Lynda Perreault                                                   Antoni Gilbert

Directrice de bureau                                            Adjoint aux communications

Bureau de Sylvie Bérubé                                  Bureau de Sébastien Lemire,

Députée Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou             Député Abitibi-Témiscamingue

819 824-2942/lynda.perreault.301@parl.gc.ca            819 360-0464/antoni.gilbert.346@parl.gc.ca

Assermentation 44e législation de Sylvie Bérubé

Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou, 5 novembre 2021 – Aujourd’hui à 14 h avait lieu l’assermentation de Sylvie Bérubé, députée d’Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou pour la 44e législation.

Une cérémonie a eu lieu à la Chambre des communes au Parlement d’Ottawa, Mme Bérubé a prêté serment devant sa famille et son équipe de bureau. Elle est maintenant formellement confirmée dans ses fonctions de députée de la circonscription d’Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou pour un deuxième mandat.

« C’est une belle marque de reconnaissance et de confiance des citoyens et des citoyennes de ma circonscription avec l’octroi d’un deuxième mandat. Je vais accroître mes actions sur le terrain, poursuivre ma présence ainsi que continuer à défendre vos intérêts. », a déclaré Sylvie Bérubé, députée fédérale d’Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou.

« Pour moi, c’est une continuation des premiers vingt-trois mois dans mon premier mandat. Ça me permettra d’aller plus loin dans les dossiers et continuer, sans délai, le travail amorcé dans la circonscription. C’est une fierté d’être députée fédérale pour la belle et grande circonscription d’Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou, et c’est un privilège de vous représenter et contribuer à la croissance de notre circonscription avec mon équipe. » a évoqué Sylvie Bérubé.

-30-

Source :

Lynda Perreault                                                             

Directrice de bureau                       

Bureau de Sylvie Bérubé,                                      

Députée Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou             

819 824-2942                                                 

lynda.perreault.301@parl.gc.ca